Francesco Maltese (1611 ; 1660) attribué. Nature morte au tapis, aiguière, fruits et fleurs.

Cliquer sur la photo pour ouvrir le mode pleine écran 

Artiste : Francesco Maltese (1611 ; 1660) attribué.
Epoque : 17ème siècle
Style : Louis XIII
Etat : Très bon état
Matière : Huile sur toile
Longueur : 88 cm, 115 cm avec le cadre
Largeur : 71 cm, 98 cm avec le cadre

10800 

Galerie PhC, Philippe Caudroit
Museumarte sas
31 rue Andre Beury
10000 Troyes
0662098900
Francesco Maltese (1611 ; 1660) attribué. Nature morte au tapis, aiguière, fruits et fleurs. Toile rentoilée de 88 cm par 71 cm. Cadre somptueux, Italie du 17è siècle, redoré au 19è siècle de 115 cm par 98 cm L’artiste nous propose un entablement recouvert d’un magnifique tapis sur lequel sont posés une somptueuse aiguière, un vase balustre, des fruits, ainsi que des champignons et des fleurs. En arrière-plan un lourd rideau avec ses accessoires de passementerie. Un important cadre très ouvragé du 17è siècle vient magnifier l’ensemble.   Francesco Maltese (1611 ; 1660) Malgré son importance dans le développement du genre de la nature morte dans la Rome du XVIIe siècle, la véritable identité de l'artiste s'est perdue et confuse au fil des années. Jusqu'à récemment, Francesco Noletti était connu sous le nom de Francesco Maltese en raison de son lieu d'origine et c'est sous ce nom que l'on se souvient de lui dans les sources depuis la fin du XVIIe siècle (voir K. Sciberras et G. et U. Bocchi (éd.)), Francesco Noletti detto Il Maltese (La Valette ? 1611 -Roma 1654), dans : G. et U. Bocchi (éd.), Pittori di Natura morta a Roma. Artisti Italiani 1630-1750, Viadana 2005, p. 357-397). Francesco Noletti est également connu plus récemment sous le nom de Francesco Fieravino . Ce n'est que récemment qu'il est devenu possible de redécouvrir sa véritable identité grâce à la redécouverte d'un portrait anonyme de Francesco Noletti à la Fondation pour les études internationales de La Valette. Le corpus de ce peintre reste encore en partie à reconstituer, mais l'extraordinaire qualité des natures mortes qui lui sont attribuées, justifie le succès qu'il obtint à Rome ; en effet, il a collaboré avec Andrea Sacchi et a également reçu des commandes internationales. Ses œuvres étaient très appréciées et une nature morte avec un tapis faisait partie de la célèbre collection de l'archiduc Léopold Guillaume d'Autriche, gouverneur des Pays-Bas espagnols. Dans son travail, on retrouve la visée naturaliste typique du genre dans les premières œuvres post-caravagesques : notamment le rendu minutieux des objets, corbeilles de fruits, franges des tapis aux lourds plis, accentués par de forts contrastes de clair-obscur. A cette analyse minutieuse de la réalité, l'artiste ajoute une forte veine illusionniste, avec une imitation presque tactile des tapis réalisée par un rendu savant de la matière qui semble émerger de la surface peinte. Le genre de la nature morte a prospéré à Rome à la suite de la mort du Caravage, se concentrant initialement sur la représentation de fleurs, de fruits et de légumes, puis élargissant la gamme de sujets pour inclure des instruments de musique, des armes, des jeux et d'autres objets. Le genre connut un succès si extraordinaire qu'il poussa de nombreux artistes à se spécialiser dans ce type de peinture et Francesco Noletti semble avoir été l'un des moteurs à Rome d'une iconographie dominée par les tapis, les textiles et les instruments de musique. Son œuvre a exercé une influence même en dehors de la ville, comme en témoignent les travaux du Napolitain Giuseppe Recco et du Français Meiffren Conte. (Source : Dorothéum)